Voilà une semaine que tu as fermé tes portes. Je suis retournée à mon écriture en solitaire, alors que toi, tu es déjà en préparation pour l’année prochaine. Maintenant que la poussière est retombée, je me permets de t’écrire cette lettre.

D’abord, sache que je t’aime d’amour ! Je me sens chez moi lorsque je monte tes marches, et tu m’offres, chaque année, des rencontres inoubliables, et des amitiés précieuses. Mais puisque les relations harmonieuses sont basées sur les communications, je me permets aujourd’hui de te faire quelques suggestions…

1— Considère l’auteur comme une personne à part entière

Dans le programme, sur le site web et sur le plancher, l’auteur n’est considéré que comme une sous-partie d’une maison d’édition. Dans un monde idéal, je te demanderais de nous permettre de signer à une table sur laquelle tous nos livres, quels qu’ils soient, se côtoient, mais je sais qu’avec la structure actuelle des Salons, la demande serait utopique.

Alors, je pointerai simplement une petite amélioration qui ferait plaisir à tout le monde : pourquoi ne pas simplement combiner ces signatures dans vos bases de données ? Ainsi, plutôt que d’avoir trois Annie Bacon qui signent chacune chez un éditeur, vous auriez une seule Annie Bacon qui signe chez trois éditeurs. Ça serait plus simple pour les lecteurs qui me cherchent, moi je pourrais partager la page qui en résulte sur les médias sociaux, et ainsi j’enverrais du trafic sur ton site. Tout le monde en sortirait gagnant, non ?

2— Fais de la place aux illustrateurs

Sans vouloir te rendre jaloux, je me suis promenée dans d’autres salons. En plus des autres salons québécois et Canadiens français, j’ai visité le ComicCon de New York, et le Book Expo of America. J’y ai vu plusieurs manières de faire une place aux illustrateurs : une allée dédiée à la prise de commandes d’œuvres personnalisées et de vente d’originaux, des galeries d’art pour exposer croquis et aquarelles, des encans pour les vendre aux plus offrants. Tu vas peut-être me dire que ce n’est pas de ton ressort, que “Sur ton mur” et “Illustration Québec” n’ont qu’à louer un kiosque… mais rien ne t’empêche de les contacter pour voir si vous ne pourriez pas travailler ensemble.

3— Et surtout, surtout, paie tes auteurs en animation

Évidemment, je ne parle pas des entrevues ou tables rondes, je parle des animations où l’auteur est seul sur scène à divertir les gens du public avec des activités ou anecdotes déjà préparées. Ce type d’animation, les bibliothèques les paient, les écoles les paient, les autres salons du livre les paient. Pourquoi pas toi ?

Toutes les études le disent : les auteurs ne sont pas riches. Ces animations font partie de nos sources de revenus et permettent bien souvent aux auteurs de ne pas perdre leur chemise pour venir au Salon. Quoi ? Tu ne savais pas ? Plusieurs auteurs dépensent des sous pour venir te voir, sans remboursement de la part de leur éditeur. Transport, nourriture, hôtel. Les quelques livres qu’ils vendront en ton sein (et dont ils ne recevront les droits d’auteurs qu’un an plus tard) suffiront à peine à payer leur diner au café l’Apostrophe. Ils font des folies pour toi ! La moindre des choses ne serait-elle pas de les rémunérer pour ce qui est considéré, partout ailleurs, comme un travail méritant salaire ?

Je sais que la nouvelle mode est de pelleter l’obligation de payer les animations dans la cour des éditeurs en offrant la scène à ceux-ci. Mais ils paient déjà leur kiosque si cher que certains d’entre eux en sortent déficitaires. Est-ce bien honnête de leur déléguer cette dépense ?

Il faut dire que les éditeurs sont comme moi : ils t’aiment d’amour et te considèrent comme une vitrine incontournable. Comme moi, quoi qui arrive, ils reviendront.

Alors, sans rancune, et à l’année prochaine.

Pour tout t’avouer, j’ai déjà hâte !

 

Annie Bacon, auteure